1.3.15

en février {2015}




Février au ciné a commencé avec l'Enquête. Pas un grand film, mais une œuvre utile : un bel hommage à Denis Robert et des clés pour mieux comprendre l'affaire Clearstream et celle des frégates de Taïwan. Argent sale, politiques corrompus, assassinats… l'impression d'être dans un polar mais on est pourtant les pieds dans la réalité. Avec un paquets d'hommes impliqués et toujours très en place dans les sphères politiques. American Sniper m'a bien plu même si on ne peut être que gêné par le fait qu'Eastwood rend plutôt sympathique et doté de conscience et d'intelligence un "héros" qui, d'après les extraits que j'ai pu lire de son autobiographie, en était plutôt dépourvu et regrettant de ne pas avoir tué davantage d'Irakiens… Cette question a été l'objet d'une polémique, mais au-delà, l'aspect intéressant du film est  la triste réalité que dépeint Clint Eastwood : Chris Kyle, cow-boy du Texas, est représentatif de tous ces jeunes types partis en Irak croyant dur comme fer défendre leur patrie et en réalité manipulés par le gouvernement de leur pays. Hacker, de Michael Man est une vraie déception. Un film d'action sans aucun intérêt : ennuyeux et oublié sitôt vu. Chappie n'est vraiment pas terrible non plus : si on aime les robots et Hugh Jackman, mieux vaut revoir Real Steal, un cran au-dessus.  Le dernier Loup de Jean-Jacques Annaud fait rêver avec les magnifiques paysages de Mongolie mais c'est à peu près tout… Je suis peut être un peu dure car pas très fan de films animaliers et à grand spectacle. Et le film du mois, Birdman, au scénario génial, à l'interprétation incroyable. C'est inventif et drôle, plein de clins d'œil et de références (géniale idée de donner à Michael Keaton, acteur un brin oublié, ex-Batman, le rôle d'un comédien ex-star d'Hollywood qui a connu le succès en jouant Birdman, un super-héros! Idem pour sa fille dans le film, jouée par Emma Stone, qui n'est autre que la petite copine de Spiderman). Et enfin, tristan et moi avons vu ce week-end Les nouveaux héros et c'est une belle surprise : un film d'animation d'action intelligent, drôle, fin avec de jolis messages mais pas assénés à la truelle sous prétexte qu'on est dans un film pour enfant, bien au contraire. Et un très bel esthétisme notamment la création de la ville mélange épatant de San Franscisco et de Tokyo. A partir de 6 ans, mais sans limite d'âge : je crois que j'ai pris autant de plaisir que tristan à voir ce film!!

J'ai vu un certain nombre d'humoristes sur scènes ce mois-ci : Ahmed Sylla, D'jal, Norman, le Woop… Les 7 garçons du Woop ont une sacré énergie et ils gèrent bien les parties solo comme celles de groupe. On ne sent pas un poil de compétition entre eux, mais de solides liens à la manière dont ils se mettent les uns les autres en valeur. Norman a choisi d'être seul sur scène mais il manque de charisme et de présence, ainsi que d'une vraie mise-en-scène. Il enchaîne blagues et bons mots : c'est plutôt drôle mais il n'y a aucune valeur ajoutée par rapport à ses vidéos. J'ai passé une bonne soirée avec Ahmed Sylla et D'jal qui ajoutent à l'exercice du stand-up, un vrai talent d'imitateur et d'acteur.

Enfin, côté scène, j'ai vraiment été séduite par Contact, le spectacle de Découfflé, dans le cadre de notre abonnement à Chaillot.
 
Après avoir savouré 3000 chevaux-vapeur d'Antonin Varenne, j'ai eu envie de continuer à explorer son œuvre. J'ai commencé avec Fakirs, un roman noir vraiment pas mal du tout, original et à l'écriture savoureuse. L'histoire d'un jeune franco-américain qui enquête sur la mort d'un vieil ami à lui, toxicomane. La thèse officielle du suicide le laisse sceptique. Il est aidé dans sa quête par deux flics atypiques et terriblement attachants du service des suicides : un vieux lieutenant déprimé qui s'arrache la peau du crâne et son jeune stagiaire Lambert qui ne quitte pas son jogging. Une réussite. J'ai poursuivi avec Le mur, le Kabyle et le marin, qui m'a encore plus enthousiasmée. Le roman mêle deux histoires qui, on le devine, vont finir par se croiser. Celle d'un flic-boxeur, solitaire et paumé, qui pour se payer un peu de bon temps avec une prostituée accepte de tabasser des types qu'il ne connaît pas, poue le compte d'un flic ripoux. Alternativement, l'auteur nous plonge en plein cauchemar de la guerre d'Algérie. On suit le parcours d'un jeune appelé, Pascal, pacifiste et cultivé, envoyé dans un DOP, où la torture était pratiquée à tour de bras. Ce bouquin est époustouflant par son écriture, par son rythme. Et par l'art de l'auteur de faire vivre des personnages complexes et bouleversants, des types accrochés à leur humanité malgré des circonstances terribles. Des personnages plus médiocres auxquels il accorde une seconde chance (comme le héros de 3000 chevaux-vapeur), et quelques monstres aussi auxquels la guerre offre la possibilité d'exercer leur cruauté et leur perversité en toute impunité. C'est un roman noir, mais aussi un incroyable roman historique. Un magnifique roman tout court, pas si loin du réel : de celui de l'auteur, qui raconte l'histoire de son père. Et de notre réalité à nous, car un certain nombre de mains sales de la guerre d'Algérie ont trouvé refuge du côté du FN… A lire d'urgence.

Sur Rose & Crown, les photos sont trop rares, mais les clichés de Nikaela ont un quelque chose qui me bouleverse à chaque fois.

Je termine sur un petit billet solidaire pour l'association La vie au grand air. Leur action est concrète et les frais de communication et d'appels aux dons sont réduits au minimum. Elle a besoin d'un coup de pouce. Ludwig, Loïc, Yoan, Christopher, Mendie, Erwan, Dylan, Olivier, Rayan, Cléa, Chris, Joakim, Boris, Dylan & Laure ont entre 7 et 17 ans. Ils sont accueillis au Service d’Accueil de Jour d’Orléans ou au sein des Maisons d’Enfants d’Orléans et de Saint-Ay. La psychologue et l’équipe éducative les ont mis au défi de participer à une course. Le 22 mars prochain, ils courront les 5 km de la Color Day d'Orléans. Il manquait, en cette fin de semaine, 365€ pour couvrir les frais d'inscription (avant le 8 mars). Ces jeunes ont organisé des opérations de collecte mais ils ont besoin d'un peu d'aide. Pour faire un don, c'est par ici : www.lavieaugrandair.fr/dons/index.php.



*Lire
Fakirs, d'Antonin Varenne, 2010, Points Policier, 7,30€
Le mur, le Kabyle et le marin, d'Antonin Varenne, 2013, Points Policier, 7,30€

*La vie au grand air
http://www.lavieaugrandair.fr/